Migrants: “Au bout du fil” par Lukas Schrank

Quand personne n’est là pour filmer l’horreur, il reste les récits et les dessins. C’est ce que fait le réalisateur Lukas Schrank dans ce film, Au bout du fil (titre original : Nowhere Line: Voices from Manus Island). Au bout du fil donc, les voix de Behrouz et Omar, deux Iraniens détenus sur Manus Island, une île de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

C’est ici que l’Australie séquestre les demandeurs d’asile arrivant par bateau. Dans des centres de rétention implantés sur des États voisins d’Océanie, hors de son territoire, hors de tout cadre juridique. Et dans des conditions inhumaines. Les deux Iraniens font notamment le récit des 16 et 17 février 2014, où une violence inouïe s’est abattue sur le centre.

Ce mercredi 17 aout, l’Australie annonce la fermeture prochaine du camp…«Notre position est confirmée à nouveau: personne du Centre de Manus Island ne sera accepté en Australie», a déclaré le ministre de l’Immigration, Peter Dutton, dans un communiqué.

Film de 15 minutes produit en 2015 en Grande-Bretagne // Scénario : Lukas Schrank // Montage : Chris Ward // Musique : Ian King // Production, distribution : lukas@lukasschrank.com

Tchernobyl, Fukushima : les aménageurs de la vie mutilée

Voici deux contributions récemment parues sur le site de /SciencesCritiques /:

-une première contribution (12.000 signes) intitulée « /Tchernobyl, Fukushima : les aménageurs de la vie mutilée/». Ce texte est co-signépar C. Asanuma-Brice, J-J Delfour, K. Kobayashi, N. Ribault et T. Ribault.
http://sciences-critiques.fr/tchernobyl-fukushima-les-amenageurs-de-la-vie-mutilee/

-une seconde contribution (100.000 signes) intitulée « /Laisser mourir, c’est tuer //- //Cogérer, c’est co-détruire /», co-signée par N. Ribault et T. Ribault.
Ce texte est accessible à la fin de la tribune précitée et sur :
https://drive.google.com/file/d/0ByrSSqd2fXGOa3ZER2pRcGptZmM/view?pli=1

 

Proclamant qu’il faut « gérer » sa peur à la suite de catastrophes comme celles de Tchernobyl et de Fukushima, les aménageurs de la vie mutilée, relayés par des représentants d’instances étatiques ou associatives, prétendent réduire à néant toute possibilité de mise en cause de la déraison nucléaire, enjoignant à chacun d’en tirer au contraire parti, plutôt que de se hasarder à en rechercher les responsables et à rendre inhabitées des terres inhabitables.

10804116923_1107038d8a_b

Un documentaire consacré aux désastres de Tchernobyl et de Fukushima a été présenté par Arte le 26 avril dernier, lançant une pernicieuse invitation à « vivre avec » la contamination radioactive, « défi » que prétendent, en ces jours sombres, relever les missionnaires de l’accommodation à la vie en zones contaminées par la radioactivité.

L’« Initiative de Dialogue pour la réhabilitation des conditions de vie après l’accident de Fukushima », présentée dans ce film, a été pilotée par de supposés, et néanmoins dangereux experts à l’œuvre à Tchernobyl hier, à Fukushima aujourd’hui, et en France demain.

Puisque la France a dans ses rangs des champions de la réhabilitation post-catastrophe, tels que Jacques Lochard ou Gilles Hériard-Dubreuil, soutenus par la Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR), l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), l’Université médicale de Fukushima ou la Fondation d’extrême droite Sasakawa (alias Nippon Foundation).

Gilles Hériard-Dubreuil a fondé en 2013 le « courant » Écologie humaine, dont le nom reprend une terminologie vaticane, avec Tugdual Derville, porte-parole de « Manif pour Tous », et délégué général de l’Alliance Vita, association d’extrême droite catholique du mouvement pro-vie, qui milite contre l’avortement, contre l’euthanasie et contre le mariage entre personnes de même sexe.

M. Hériard-Dubreuil préside, par ailleurs, le cabinet de conseil Mutadis, sinistrement connu pour son engagement à Tchernobyl, sous subsides européens et internationaux, dans les programmes Ethos (1996-2001), SAGE (2002-2005) et CORE (Coopération pour la réhabilitation des conditions de vie dans les territoires contaminés du Bélarus, 2003-2008), qui prescrivent aux populations, sous couvert d’intentions thérapeutiques et participatives, des recettes d’accommodation à la vie en zones contaminées.

Un des principaux objectifs − atteint − de ces programmes, a été d’évincer du terrain de Tchernobyl les initiatives de protection sanitaire développées par des médecins et des physiciens après l’accident de la centrale, et de ne pas ralentir, en conséquence, la détérioration continue de la santé des populations, faute d’apporter une véritable prophylaxie.

[…]

L’IRRATIONALITÉ ET L’EXTRÊME VIOLENCE DU « VIVRE AVEC »

Ces aménageurs de la vie mutilée, relayés par Arte et tant d’autres représentants d’instances étatiques ou associatives, telles que Nuclear Transparency Watch de Mmes Rivasi et Lepage, et M. Hériard-Dubreuil, défendent haut et fort l’irrationalité selon laquelle il existerait un entre-deux de la contamination, où l’exposition au rayonnement ne serait dangereuse qu’en principe, mais s’avèrerait inoffensive dans la réalité. Véritable irrationalité, cette extrême violence du « vivre avec » est une insulte aux survivants.

Il s’agirait donc d’endiguer l’horreur de la contamination en la coulant dans les formes pseudo-rationnelles d’un « tous ensemble, nous vaincrons la radioactivité » ? C’est à quoi se vouent ces prêcheurs de soumission en expliquant, sans foi ni loi, qu’on peut échapper au danger en s’y confrontant, qu’on peut gratter la terre, mais en croisant les doigts.

Proclamant qu’il faut « gérer » sa peur, ils prétendent réduire à néant toute possibilité de mise en cause de la déraison nucléaire, enjoignant à chacun d’en tirer au contraire parti, plutôt que de se hasarder à en rechercher les responsables.

Il fallait dire ce qu’est l’objectif de ces rédempteurs du « vivre avec », qui n’en paieront pas le prix, eux qui ont choisi d’emplir les hôpitaux de malades plutôt que de rendre inhabitées des terres inhabitables.

Tribune libre collective de :
Cécile Asanuma-Brice, Jean-Jacques Delfour, Kolin Kobayashi, Nadine Ribault et Thierry Ribault

Article complet sur : http://sciences-critiques.fr/tchernobyl-fukushima-les-amenageurs-de-la-vie-mutilee/

Pourquoi être contre le monde de la THT? Un exemple

Voici un exemple des nombreux crimes contre l’humanité dont sont
responsables tous les pourfendeurs du système capitaliste. En finir avec
ce système économique, générateur du réchauffement climatique, une question de survie! nenets-5697_photo_story_largeLa THT en est un de ses aspects, une de ses artères… la combattre, c’est lutter pour notre propre survie et celle de toute l’humanité.

Sibérie :des rennes décimés par une épidémie d’anthrax, toute une région en quarantaine

Par Sébastien Leurquin 

 

Un enfant mort. Des dizaines de personnes hospitalisées. Une population
mise en quarantaine. Des troupeaux de rennes décimés… Que se passe-t-il dans le Grand Nord russe ?

Cette année, l’été est particulièrement chaud en Sibérie. Les températures
moyennes avoisinent les 35 degrés – contre 17 habituellement à la même
saison. Résultat, une couche de terre, le pergélisol, censé être gelé en
permanence, est en train de dégeler. Les conséquences sont inquiétantes.
Car en se réchauffant, la terre libère une bactérie destructrice, la
Bacillius anthracis, autrement dit, l’anthrax, une infection aiguë qui
touche aussi bien l’animal que l’homme – c’est aussi une arme
bactériologique, qui a été particulièrement médiatisée après l’envoi
d’enveloppes contaminées à deux sénateurs, ainsi qu’à des médias
américains, une semaine après les attentats du 11 Septembre.

Les derniers cas d’anthrax remontaient à 75 ans
En Sibérie, au début du mois de juillet, ce sont d’abord neuf éleveurs
nomades de la région peu peuplée de Iamalo-Nénétsie, à environ 2000
kilomètres au nord-est de Moscou, qui ont été contaminés par des bactéries provenant d’une carcasse de renne dégelée, jusque-là prise par les glaces depuis des dizaines d’années. En effet, les derniers cas d’anthrax dans la région remontaient à 75 ans. Dans le courant du mois, les contaminations ont augmenté. Les troupeaux de rennes de la région, qui compte 250 000 animaux, sont eux aussi lourdement touchés. Ainsi, depuis dix jours, au moins 2400 rennes ont été tués, un enfant est décédé et 72 personnes (dont 41 enfants) ont été hospitalisées, rapporte le Siberian Times. La région, dont la superficie fait plus d’une fois la taille de la France, a donc été placée en quarantaine par les autorités. Des militaires sont arrivés sur place pour décontaminer la zone et détruire les cadavres d’animaux contaminés.

nenets-5856-1_photo_story_largeLa menace peut-elle s’étendre à toute la région ?

En outre, comme l’explique cet article des Echos, avec le réchauffement
climatique, ces sols éternellement gelés, qui s’étendent sur la zone
arctique de l’Alaska aux confins orientaux de la Sibérie, libèrent des
bactéries que les systèmes des êtres vivants n’ont pas ou plus l’habitude
de combattre. Ainsi, un virus géant vieux de 30 000 ans, le mollivirus, a
aussi été récemment découvert. Enfin, le dégel du permafrost engendre un
second problème. En se réchauffant, les sols libèrent, en plus des
bactéries, des quantités importantes de méthane et de CO2. A tel point que le pergélisol représente même «le plus gros réservoir continental de
carbone, devant les réserves de combustible fossile que sont le pétrole,
le gaz et le charbon», selon une publication du journal du CNRS. Un
cocktail explosif : «Si la totalité du carbone contenu dans le pergélisol
était transformée en dioxyde de carbone par les bactéries, la teneur en
CO2 de l’atmosphère en serait triplée», estime, toujours dans le Journal
du CNRS Florent Dominé, chercheur au laboratoire franco-canadien Takubik, spécialisé dans le permafrost.

Tallard d’une imbécile…

Karine Berger, Députée socialiste des Hautes-Alpes, demande une « condamnation exemplaire par la justice. Dans une période où nos forces de l’ordre doivent assurer la protection de tous les Français face au terrorisme, il est inacceptable qu’elles soient accaparées par ce type d’action coup de poing. »

-Hey, Karine, c’est de nous que tu parles? …Alors, on te le répète encore une fois, RTE DEGAGE!

31/07 Tallard: Retour sur l’opération Péage gratuit et la répression qui s’en suit

Péage gratuit en soutien à la lutte no-THT 05 : Amateurisme des forces de l’ordre et criminalisation de militants politiques

IMG_3955
Ce dimanche 31 juillet, les collectifs no-THT 05 ont poursuivi leur
mobilisation contre le projet de lignes très haute tension dans la
Haute-Durance en réalisant une action de « péage gratuit » sur l’A51 à
la Saulce, action qui consiste à maintenir ouvertes les barrières de
péage en demandant aux automobilistes intéressés un soutien pour la
caisse de solidarité à la lutte. L’objectif premier de cette action
légitime était de sensibiliser les usagers de l’autoroute sur les
conséquences de ce grand projet nuisible et imposé, et de toucher
symboliquement VINCI AUTOROUTE au portefeuille, alors qu’une de ses
filiales (Charles Queyras TP) participe à la destruction très lucrative
de nos montagnes.

IMG_3960

L’action s’est d’abord déroulée dans une ambiance « bon enfant », sans
dégradations matérielles (ont été utilisés seulement du scotch autour
des barrières et des sacs poubelles sur les caméras de
vidéosurveillance), avec toutes les précautions nécessaires pour assurer
la sécurité des militant-e-s et des automobilistes (gilets jaunes,
rubalise). La grande majorité des automobilistes nous ont témoigné leur
solidarité par leurs encouragements et leurs dons.

Les premiers gendarmes présents sur place se sont contentés de prendre
des photos à distance. Aucune discussion n’a été engagée avec eux.
Quelques dizaines de minutes plus tard, l’arrivée des gendarmes du PSIG
(Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) a
radicalement changé les choses : sans tenter de bloquer la circulation
pour intervenir en sécurité, une dizaine de gendarmes se sont rapidement
dirigés vers les barrières de péage où nous continuions tranquillement
notre action. Nous nous sommes alors rassemblés et avons commencé à
marcher normalement en direction opposée pour nous mettre en sécurité
derrière les glissières de sécurité de l’autoroute. Sans aucune
tentative de discussion, ni aucune sommation, plusieurs militant-e-s se
sont vu-e-s plaqués violemment au sol, en plein milieu des voies
d’autoroute alors même que la circulation continuait ! Surpris et
choqués de la violence de l’intervention, à la fois disproportionnée par
rapport au caractère « bon enfant » de l’action, et extrêmement
dangereuse pour notre sécurité, nous nous sommes dispersé-e-s dans une
pseudo-échauffourée, au cours de laquelle un militant a été blessé au
nez. Les gendarmes réservistes prétendument blessés n’ont hérité que
d’égratignures liées à l’amateurisme de leur intervention.

IMG_3961

3 camarades ont notamment été plaqués au sol et immobilisés par des clés
de bras et des étranglements, sous le regard médusé des automobilistes
circulant au milieu de cette mêlée ! Ils ont été placés en garde à vue à
Gap, puis relâchés en soirée, après avoir été constamment encouragés par
un comité de soutien festif et déterminé.

IMG_3963

Nous dénonçons la violence et l’amateurisme de l’intervention du PSIG,
qui aurait pu conduire à un grave accident, alors même que nous avions
jusque-là nous-même assuré la sécurité de notre action. Cette brigade
d’intervention n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle s’était déjà
illustrée en mars dernier lors d’une violente charge nocturne, armés
d’un couteau, sur des militant-e-s occupant le toit des locaux de RTE
(filiale d’EDF) à St Crépin, ayant entrainé la chute du toit d’une
camarade qui avait été gravement blessée (fracture d’une vertèbre et du
coude).

Sous couvert d’état d’urgence permanent, les flics de tous poils se
croient tout permis lors de leurs interventions, y compris lors de
manifestations « bon-enfant », au risque de blessures graves pour les
militant-e-s. Nous dénonçons également la criminalisation de luttes
politiques comme la nôtre, et l’utilisation de procédures propres à
l’anti-terrorisme à des militant-e-s politiques.

Malgré la répression policière disproportionnée que nous subissons
depuis plusieurs mois, nous poursuivons notre lutte pour des montagnes
sans lignes à très haute tension : LA THT NE PASSERA PAS ! RTE DEGAGE !

Les brèves du mois de juillet

On vient de l’apprendre :

Ce joli petit pylône appelé « Pylône design Haute Durance » si cher au futur ancien député Joel Giraud, futur ancien maire de la commune de l’Argentière la Bessée, qu’il a lui-même béni en 2011 pour dire ô combien ce projet est merveilleux pour la vallée, ne verra pas le jour.

Il fut vendu aux hauts-alpins comme le pylône dernière génération, conçu spécialement pour la vallée dans les zone dites « emblématiques »: « RTE a concu un pylône au design épuré dont la courbure évoque la spatule de ski » souligne Mr Robinot directeur du projet. « C’est grâce aux conseils du CAU (conseil d’architecture et d’urbanisme) et de sa présidente Mme Eymeoud » que cette 5ème merveille a pu voir le jour.

Peu de temps après ces déclarations, il était installé en démonstration sur la commune de l’Argentière, pour prouver aux Hauts Alpins, que RTE souhaite « contribué à embellir le paysage haut alpin »Cf dauphiné du 12/06/2010

Et bien non !!!! Des habitants de la vallée viennent de l’apprendre de la bouche de RTE. La boîte qui fabrique ces bijoux vient de faire faillite. RTE nous explique donc, que pour le moment on va installer des pylônes pas beaux, et que dés qu’ils auront trouvé une autre entreprise pour fabriquer ces pylônes jolis, et bien ils changeront les pylônes pas beaux en spatules de ski.

Ils sont rigolos chez RTE !SS852359

Autre anecdote plutôt rigolote :

D’après les services secrets No THT infiltrés chez RTE, une information des plus incroyables vient de nous arriver aux oreilles.

Les fameux pylônes de la 150 000v dont RTE se targue de vouloir démonter (ligne qui relie la vallée de la Haute Durance par le Galibier), devraient rester en place ! Son état de décrépitude avancé, censé justifier le saccage de notre belle vallée ne semble plus d’actualité. Justifiant tout son projet de rénovation du réseau électrique sur la vétusté de la seule ligne électrique(1936) qui alimenterait notre vallée, devrait continuer à transporter de l’électricité.

Poilant…non ?!

NB : Une autre ligne de 63 000v datant des années 90 alimente également notre vallée, mais celle-ci RTE ne la mentionne jamais, pour justifier son projet !

La question que tout le monde se pose alors : pourquoi deux lignes THT 225 000v ?

RTE change de diagnostique énergétique:

(Extrait du communiqué de presse d’ Avenir Haute Durance)

Le 13 juillet, RTE annonce dans son bilan prévisionnel une baisse de la consommation d’électricité : « les mesures d’efficacité énergétique, en particulier dans les foyers et le secteur tertiaire, entraînent pour la première fois une diminution de la consommation électrique en France, en dépit de l’essor de nouveaux usages et d’un contexte économique plus favorable ». Cette baisse de 8 TWh entre 2015 et 2020 correspond à la consommation du département de la Haute-Garonne, précise l’entreprise.

Cela confirme un rapport du Commissariat général du développement durable : la consommation d’énergie est en baisse dans toute la France.

Plusieurs raisons à cette baisse : bâtiments mieux isolés donc moins gourmands, industrie évoluant vers le tertiaire donc moins gourmande…

2 territoires de la Haute Durance concernés par le projet THT  sont labellisés territoire à énergie positive (TEPOS): Embrun et le Briançonnais qui a plus produit d’électricité qu’il n’en’a consommée en juin 2016.

Dans son étude de 2009, RTE prévoyait une augmentation des besoins en alimentation électrique du Briançonnais d’environ 50% entre 2009 et 2025 !

Pour AHD, c’est un projet dépassé et coûteux. 

Dans un communiqué de presse, Avenir Haute Durance parle d’un projet dépassé : « De façon désormais indiscutable, les études de 2009 qui ont permis à RTE de justifier son projet ne sont plus valables et en complet décalage avec la situation actuelle« . C’est également un projet coûteux. « Sachant que les lignes seront construites pour plusieurs décennies, et engagent 230 millions d’argent public, il est urgent d’actualiser le projet RTE à l’aune des dernières données à notre disposition. La Très Haute Tension en version aérienne n’est pas nécessaire, des lignes à haute tension enfouies sont largement suffisantes. »

Alpes italienne: Répression contre des militantEs solidaires avec les kurdes

COuYXMkW8AAhV3w-1

Pour la énième fois, dans la matinée du 21 juillet 2016, nous avons été réveillé à l’aube par la police. Cette fois-ci, sur réquisition du procureur Rinaudo, lequel voudrait nous obliger à nous présenter au commissariat tous les jours, à raison de deux fois par jour, comme mesure disciplinaire pour une initiative du mois de septembre 2015. L’automne dernier, nous nous sommes introduit dans les bureaux de la Turkish Airlines de Turin, à l’aéroport de Caselle, pour dénoncer la politique terroriste d’Erdogan et apporter notre soutien à celles et ceux qui en Turquie comme au Kurdistan continuent à résister et à se battre.

Incroyable mais vrai, pendant qu’en Turquie ont lieu purges et arrestations de masse, qu’ Erdogan déclare déstitution du parlement et la suspension de la convention des droits de l’homme, en Italie, comme ailleurs en Europe, on fait semblant d’être scandalisé tout en faisant taire celles et ceux qui dénoncent le terrorisme de l’Etat turc…

Et bien, cette fois-ci nous n’avons pas l’intention de nous soumettre à ces mesures liberticides.

Car- comme c’est expliqué dans l’ ordonnance nous attribuant ce contrôle judiciaire- cela a pour but de nous empêcher de réitérer de telles actions de soutien à la résistance du PKK et aux luttes révolutionnaires au Kurdistan, un soutien pourtant plus urgent que jamais. Et si jamais nous avions quelque chose à nous reprocher, c’est de ne pas en avoir fait assez.

C’est pourquoi il est temps de répondre à ces mesures répressives et liberticides, avec lesquelles ils cherchent à asphyxier les mouvements en lutte, et contre lesquelles nous tentons à y répondre de manière collective, selon les possibilités de chacun. Seulement entre la Val Susa et Turin, nous ne comptons plus les personnes sous le coup des restrictions de liberté. Maintenant, ça suffit ! Une grande partie d’entre nous a décidé de ne plus collaborer à la limitation de nos propres libertés, en ne se rendant pas au commissariat. Nous sommes ici et vivons ici. Au pire nous rejoindrons nos camarades emprisonnés –Luca et Giuliano- pour avoir refusé courageusement un contrôle judiciaire, et nous profitons d’ailleurs de l’occasion pour les embrasser chaleureusement. Si vous pensiez nous effrayer Bersaglio, vous vous êtes trompé.

Les inculpéEs de l’irruption dans les locaux de la Turkish Airlines

Turin, le 22 juillet 2016.

31/07 Chorges: Action No THT 13h à la gare

Tee-shirt fichiers serigraphie1

Deux pylônes viennent de voir le jour sur la rive gauche de la Durance, tout prêt du fief de notre baron préféré, Jojo la Girouette.

RTE estime qu’il en a terminé avec les opposant-e-s au projet de saccage de la vallée, que “ca y’est! la victoire est proche”…

L’Etat et RTE supputent que la légendaire “crétinerie des alpes” a repris le dessus. Que les Cannat, les Murgiat, les Cheylan et les Conreaux auraient eu raison de la résistance Haute-Alpine par leurs talents d’orateurs, leur rhétorique sans égale et surtout, pour ces derniers, par leur ténacité à ne jamais mettre d’eau dans leur vin.

D’autres sources racontent également que des extrémistes venus de l’extérieur du département auraient réussi à assécher toute l’iode des Hautes Alpes… Certaines rumeurs courent encore, comme quoi des goitreux auraient été aperçu sur les hauteurs de Réotier, et que des camps seraient en construction pour les enfermer avec les fiches S.

Nous vous rassurons, il n’en est RIEN!!!!
Rendez-vous ce DIMANCHE 31 JUILLET à 13h à Chorges sur le parking de la gare.

RTE DEGAGE! LA THT NE PASSERA PAS!

Points de covoiturage:
-Briançon 11h45 parking de carouf
-L’Argentière 12h parking de la gare
-Guillestre 12H15 Rond point de la route nationale
-Embrun 12H30 parking du rond point des Orres

Une émission de radio sur le mouvement No THT

Dans la vallée de Haute Durance, de Embrun à Briançon, RTE (Réseau Transport d’Électricité) mène un projet de rénovation des lignes électriques à très haute tension qui suscite de vives réactions de la part des habitants et des élus locaux. La raison en est qu’au lieu d’enterrer les lignes afin de préserver la vallée d’une pollution visuelle certaine, RTE s’entête malgré cette forte opposition à conduire des travaux de lignes aériennes. Le surdimensionnement du projet est une autre des causes de la mobilisation de la population.
Le reportage couvre la période qui va du 19 mars 2016 où vous découvrez plus en détail le pourquoi et le comment de la lutte ainsi que ses débuts en 2011 jusqu’au 8 mai 2016 jour de la rencontre des collectifs avec Joël Giraud député-maire de l’Argentière-la-Bessée qui fait suite à la mobilisation historique du 1er mai 2016 (plus de mille personnes mobilisées).
Tout comme pour la loi travail, la lutte d’opposition au projet tel que présenté actuellement continue. Cette émission n’est au le premier épisode d’une série dont je ne puis dire aujourd’hui combien il y en aura en tout.

Bonne écoute: Cliquez ici.

Date : 15/05/2016

Lieu : Vallée de la Haute Durance (Hautes-Alpes)

Durée : 1:09’49”
Réalisation : Jerôme Mougnoz
Programmation musicale : Claude Jeannet et son atelier jazz en live ; Juliette : ”Assassins sans couteau” ; Sébastien Faure : “La révolte (1886)” ; The Glitz : “No drama”